L'impatience de l'entrepreneure


« Avec de la patience, le verger devient confiture » (proverbe persan)



La patience n’a jamais été mon fort.


Je suis de celles qui préfèrent renoncer à un musée que de faire la queue dehors, qui trépignent au restaurant quand le plat n’arrive pas assez vite, et qui voudraient que les résultats soient toujours au rendez-vous dans les temps, voire plutôt avant.


Depuis quelques semaines, je remarque que plein de choses me ralentissent. Je ne parle même pas du covid et de la lenteur imposée, mais de différents aspects de mon business, où vraiment ça coince. J’ai le sentiment de conduire une Ferrari qui avance au rythme d’une Deux-chevaux. Les résultats attendus ne sont pas là, alors j'attends encore... et je n'aime pas attendre. N'est-ce pas là la définition de l'impatience ?


L'impatience devient un "problème" parce qu'elle s'accompagne d'émotions désagréables.


La frustration est ma compagne de route.


Et je vois que je ne suis pas seule. A chaque stade du développement de l’entreprise, l’impatience est du voyage : quand on se lance juste et que les premiers clients ne viennent pas, quand on attend une réponse pour un contrat et c’est le silence sidéral, quand on voudrait obtenir un financement et l’argent traîne…


Pourtant vous faites tout « bien », mais les résultats ne sont pas là.


Et vous commencez à vous comparer aux autres, celles pour qui ça semble tellement plus facile et rapide. Elles réussissent et pas vous. On nous sert de beaux exemples de réussites fulgurantes, qui se seraient faites en un jour. Est-ce seulement vrai ? J’en doute. Derrière ces histoires d’ascensions hallucinantes, il y a le plus souvent des mois, des années de travail sous-terrain et secret.


Pourtant, votre cerveau cherche des preuves que ça devrait être plus rapide, et plus facile aussi. La loi du « tout, tout de suite » qui prévaut de plus en plus dans notre vie s’impose évidemment aussi sur notre parcours entrepreneurial.


Là vous commencez à trépigner, vous agacer.

Et sous l’emprise de l’impatience vous ne prenez pas toujours les décisions les plus judicieuses. L'impatience n'est pas la meilleure conseillère.


Vous doutez, vous vous découragez.

Et vous vous demandez si c’est une question de patience ou de discernement.


Vous faut-il attendre et persévérer (donc patienter) ? Ou arrêter ? Ou bifurquer ?


Alors, parlons-en de cette impatience.


Comme toujours, tout part du cerveau ! Quand vous commencez à trouver que c’est long et à perdre patience, votre cerveau va tout faire pour vous donner raison. Votre attention va se porter vers tous ces exemples de personnes qui ont des réussites fulgurantes, celles qui génèrent 10 000 euros le premier mois de leur activité, celles qui créent en trois mois une audience de 30 000 personnes… C’est le fameux biais de confirmation.


Votre cerveau néglige complètement la partie invisible, tout ce qui s’est passé en coulisses, peut-être les nuits blanches, les années de préparation, les émotions difficiles…


Parlons émotions. Car c’est finalement de cela qu’il s’agit quand on parle d’impatience. Je ressens de l’impatience parce que j’ai l’illusion que ce sera mieux après. Alors autant vite y arriver !


L’impatience est le reflet de ma croyance que quand j’aurai atteint l’objectif, je me sentirai mieux, avec plus de… joie, confiance, sérénité, sécurité…


C’est oublier que l’objectif ne me donnera pas cela. Et que cela, je peux le ressentir maintenant. La joie, la confiance, la sérénité, la sécurité sont à votre disposition sans attendre d'avoir atteint vos objectifs de nombre de clients, de chiffre d'affaires ou de revenus.


L’impatience est l’expression de ma résistance au chemin, tel qu’il se déroule sous mes pas de chaque jour. Et cette résistance-même est ce qui va même m’empêcher de ressentir les émotions que je recherche.


Le chemin n’est guère compressible, car ce chemin n’est pas tant une question d’atteindre une destination, mais de grandir grâce à tout ce qui arrive. Et sur le chemin que vous empruntez pour développer votre entreprise, vous êtes peut-être en train de devenir celle que vous avez à devenir pour atteindre autre chose dans votre vie.


C’est là qu’un jour vous « reliez les points ».


Cette épreuve, ce bug technique qui vous ralentit, cette banque qui refuse de vous financer, cette offre qui patine, ces prospects qui disent non… tout a pour vocation à vous préparer à quelque chose de plus grand, que vous n’imaginez même pas aujourd’hui.


Apprendre à attendre, c’est une qualité essentielle pour les entrepreneures. La patience imposée nous donne le sentiment que l’on est démunie face à tant de choses que l’on ne maîtrise pas. Mais c’est bien un art de maîtrise auquel nous sommes invitées : maîtriser ses émotions comme l’agacement ou l’angoisse qui émergent quand ça ne va pas assez vite.


La patience est une vertu, qui n’a rien à voir avec la procrastination. L’une et l’autre parlent de notre rapport au temps et à l’action. Mais alors que la patience parle d’un rapport apaisé avec le temps et d’une certaine maîtrise de nos émotions, la procrastination découle d’une fuite, avec le temps qui s’échappe, et les émotions que l’on veut ne surtout pas ressentir.


Attention donc, sous couvert de patience, à ne pas procrastiner !


La patience est absolument nécessaire sur la voie de l’entrepreneuriat. Cette voie est par essence chaotique, jamais linéaire. Il y a des saisons, certaines où tout ralentit, d’autres où tout va très vite. Et nous ne maîtrisons pas ces saisons. Mais nous maîtrisons bien suffisamment :


- Ce que nous faisons durant chacune de ces saisons, en choisissant des actions adaptées au rythme qui se présente. Il y a des temps pour la réflexion, d'autres pour la créativité, d'autres encore pour l'action massive.


- Comment nous visons émotionnellement ces temps : voulez-vous résister à l'hiver et ne jouir que du printemps, ou savourer chaque saison pour ce qu'elle apporte ?


- Les attentes que nous projetons, et la certitude qu’après l'hiver vient irrémédiablement le printemps. N'est-ce pas extrêmement rassurant de se détendre dans cette certitude que tout est cycles ?


Là est l’art de la patience.


Il s’agit de faire vôtre cet adage : « tout vient à point pour qui sait attendre ».


Cela requiert un saut de confiance.


Confiance en vous et en la vie.

Vous voulez être accompagnée pour dompter votre impatience et développer votre entreprise au bon tempo, en créant votre succès sans tension ? Je vous offre une session d’exploration gratuite. Réservez votre rendez-vous en suivant ce lien :


Je réserve mon accompagnement offert


Anne-Valérie