Confiance et croyances

Au long de mon parcours de manager dans des grandes entreprises, puis d'entrepreneuse, j’ai observé que femmes et hommes n’abordent pas le territoire du monde du travail avec les mêmes cartes. Nous empruntons donc souvent des chemins différents sur les terres du monde du travail : une autoroute plus souvent pour les hommes, et plutôt des chemins de traverse pour les femmes. Certes, le monde du travail n’est pas aussi radicalement cartographié que cela, mais je crois qu’il y a quand même certains chemins plus ou moins balisés.

 

Et en soi, ce n’est pas bien ou mal. C’est une diversité. J’ai toujours vu cette diversité comme une richesse. C’est pourquoi j’ai eu envie de cultiver cette richesse, d’abord pour moi-même. Puis en partageant mes découvertes…

 

 

La confiance en soi, c’est quoi ?

 

Un des thèmes qui me semble particulièrement sensible pour les femmes : la confiance en soi. Ce n’est absolument pas une exclusivité féminine ! Et bien des hommes se reconnaissent aussi dans ce déficit de confiance qui nous entrave souvent. Je suis simplement partie de mon expérience personnelle, de mon vécu, et de ces partages avec d’autres femmes, qui portent comme un fardeau ce poids du doute qui nous souffle : Suis-je à la hauteur ? Suis-je capable ? Suis-je suffisamment bonne ?...

 

Le manque de confiance en soi est souvent un frein pour mener une vie professionnelle – et personnelle - pleinement épanouie. Certaines décisions ou actions, qui pourraient être menées avec facilité, deviennent de vraies épreuves : prendre la parole en public, demander une promotion, négocier un contrat, solliciter un inconnu… Et cet inconfort qui induit des blocages est d’autant plus anxiogène, que la « norme » prône l’extraversion, l’ouverture et la communication à tout crin. Quand un déficit de confiance nous mène au repli sur soi, nous pouvons être perçu(e)s au mieux comme timides, au pire comme froid(e)s ou hautain(e)s.

 

Qu’est-ce donc que cette fameuse confiance en soi dont nous aimerions toutes et tous être dotés à 100% ? C’est une question de perception : l’idée que nous avons de notre capacité à faire face à telle ou telle situation. La confiance en soi est donc fondée sur nos propres perceptions de nos compétences – éminemment subjectives ! Il est bien normal que nous ne nous considérions pas aptes à tout affronter en permanence. Néanmoins, nos perceptions souffrent souvent de distorsions.

 

La confiance en soi – ou son déficit – est un vaste sujet, qui a donné lieu à de très nombreux travaux de recherche, livres etc... J’ai simplement envie d’en tirer modestement un fil, et de tisser le lien avec la méditation. Par le miroir que nous offre la méditation, nous pouvons observer ces obstacles qui nous empêchent d’aborder la vie avec un grand sourire, avec une confiance plus solide et ample.

 

 

Nos petits saboteurs intérieurs

 

Ecoutez…

« Sois fort(e), Sois parfait(e), Dépêche-toi, Fais plaisir, Fais des efforts »…

Reconnaissez-vous une – ou plusieurs – de ces injonctions qui sont présentes dans votre monologue intérieur ?

 

Ce sont nos croyances, celles auxquelles nous pensons devoir obéir pour avancer dans la vie. Elles sont implantées là depuis notre enfance. Or dans notre parcours professionnel, ces croyances nous limitent. Elles prennent l’apparence de la vérité. Elles nous mènent par le bout du nez. Certaines agissent comme autant de petits saboteurs intérieurs, nous empêchant de déployer tout notre potentiel et d’avancer vers nos rêves.

 

En les mettant en lumière sous le projecteur de la méditation, nous apprenons à les reconnaître, les observer, prendre de la distance, et petit à petit nous en libérer.

 

Ces pensées se sont imposées comme des règles. Elles nous ont fait croire que nous devions leur obéir pour grandir, pour réussir. Elles ont pris le visage de la vérité. Sont-elles vraiment la vérité ? Elles nous ont sans doute servi, à certaines étapes de notre vie. Et elles nous ont fourni des fondations sur lesquelles nous nous sommes construit(e)s. Puis, vient un moment où il convient de revoir les fondations, afin qu’elles soient à même de porter notre maison, dans toute son élévation, ses extensions, sa décoration. Cet héritage nous a été donné ; nous pouvons choisir de garder ce qui nous convient et nous sert, et laisser ce qui nous entrave.

 

Ces pensées qui aujourd’hui nous limitent, nous brident, nous ont accompagné(e)s tout au long de notre vie sans doute. Et pourtant, elles ne sont pas une fatalité. Si aujourd’hui elles nourrissent un dialogue intérieur qui sape la confiance et l’assurance, elles peuvent laisser la place à d’autres pensées, d’autres croyances… et d’autres potentialités. Il s’agit de prendre conscience, discerner, et se libérer.

 

C’est là que la méditation de pleine conscience propose une approche innovante…

 

 

Innovons avec la méditation !

 

Que faisons-nous d’habitude avec ces croyances, ces pensées, ces émotions qui nous encombrent ? Nous essayons de les fuir, ou de lutter, ou encore nous les nourrissons… Oui, c’est vrai je n’arrive jamais à tout bien faire ! C’est vrai, les autres réussissent mieux que moi ! D’ailleurs je ne vais même pas demander cette promotion, car je ne la mérite pas.

 

La méditation nous invite à un retournement radical, et déroutant. L’invitation est de cesser la lutte ou la fuite, et d’accepter, accueillir, créer de l’espace, dire un grand oui à tout ce qui est là. Car c’est là, et peut-être même est-ce que ça a un sens !

 

Dans le sillage des pensées viennent des émotions - des émotions fortes, ou des états d’âme plus subtils. Peur, honte, anxiété, indécision, vulnérabilité…

 

Quel est le chemin indiqué par la méditation ? Observez cela avec bienveillance. Voyez si vous pouvez accueillir ces messages avec douceur, sans blâme, sans drame. Pour mieux les laisser filer, imaginant notre grande maison intérieure portes et fenêtres ouvertes, tout pouvant y entrer, et en sortir, librement.

 

En prenant doucement conscience de nos schémas, souvent ancrés depuis notre enfance, nous retrouvons la capacité de nous en libérer.

Ce n’est pas en luttant contre nos croyances limitantes que nous pouvons nous en affranchir. C’est en les accueillant avec bienveillance, en les reconnaissant pour ce qu’elles sont : des pensées avec lesquelles nous avons longtemps fusionné, et que nous pouvons choisir de simplement observer avec distance. Ce chemin demande du temps. Avec patience, il est libérateur.

 

Ces mots de Jung sont puissamment évocateurs :

 

« Tout ce à quoi on résiste, persiste. »

 

Alors, concrètement, comment on fait ?

  • On s’arrête, et c’est peut-être le plus difficile !

  • On se relie à son corps, à son souffle, pour se poser.

  • On reconnaît tout ce qui est là, avec bienveillance, sans rien changer.

  • Et on observe nos schémas, nos modes de fonctionnement, avec curiosité.

  • Puis on s'oriente vers d'autres possibilités, plus porteuses pour nous.

Ainsi, nous pouvons dé-couvrir ce qui nous entrave, et petit à petit nous accepter pour ce que nous sommes vraiment, et non en fonction de ce que nous faisons. Un sacré challenge pour beaucoup d’entre nous, n’est-ce pas ?

Un challenge réjouissant !

 

Ces réflexions, ces exercices, je les partage amplement dans le programme de méditation que j’ai pris tant de plaisir à créer pour PetitBambou : « Travail au Féminin »

 

C'est ainsi que j'aime accompagner les femmes : en s'engageant dans un voyage intérieur, pour mieux entreprendre le grand voyage extérieur de la vie. La confiance est un des piliers de ma formule secrète : la Formule C3. Curieuse, intriguée ?... Découvrez-la ici !

 

 

Anne-Valérie

Joyissime

Mieux me connaître ou me contacter

 

Please reload

Articles récents
Please reload

Rejoignez la communauté de femmes inspirées que j'ai créée sur Facebook :

Femmes, vos chemins de traverse au travail

Vous souhaitez recevoir des inspirations, astuces, éclairages ? Je serai ravie de rester en lien avec vous.

Suivez Joyissime sur les réseaux sociaux

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram

©2018 Joyissime - Mentions légales

Je déteste moi aussi recevoir des Spams. Je m'engage à ne pas divulguer vos coordonnées (voir la protection des données).