Devenir un "mindful leader" : prêts à y allouer 1% de votre temps ?

 

 

Les leaders doivent aujourd'hui louvoyer dans un monde en profonde mutation. L'incertitude prévaut, l'environnement change sans cesse, l'information est pléthorique, tout avance à grande vitesse. Dans ce contexte complexe, les dirigeants doivent eux aussi muter et développer de nouvelles capacités. La mindfulness est souvent présentée comme une pratique permettant aux leaders d'évoluer et de cultiver les nouvelles ressources dont ils ont absolument besoin aujourd'hui. Si on trouve pléthore d'études qui prouvent les bienfaits de la méditation de pleine conscience de manière générale, la recherche ciblant les leaders est encore rare. Une étude très éclairante a été publiée fin 2016, validant la pertinence de cette voie de sagesse pour les décideurs de l'entreprise. A certaines conditions...

 

Le mindful leader : mirage ou voie sage ?

 

L'étude, menée en Grande-Bretagne, a porté sur 57 leaders, qui ont été répartis en deux groupes. Le premier groupe (29) a suivi un programme (type MBSR) sur huit séances espacées d'une semaine, intégrant un apprentissage de la pratique, et des apports et échanges autour de thèmes liés au leadership. Entre les séances, les participants devaient pratiquer à la maison des exercices : méditation assise et pratique informelle (activités en pleine conscience notamment). Le second groupe a constitué le groupe pilote.

 

L'intention de cette recherche était de répondre aux questions suivante :

 

Un programme de mindfulness sur huit semaines a-t-il un impact sur les capacités des leaders en termes de résilience, collaboration et capacité à diriger dans un environnement complexe ? Si oui, comment s'opère le changement ? Comment les leaders vivent-ils cette expérience ?

 

Les résultats de l'étude sont extrêmement éclairants...

Les participants qui ont suivi seulement les séances du programme, en s'entraînant pas ou très peu entre les sessions, ont vu leur conscience d'eux-mêmes ainsi que leur capacité de résilience s'améliorer un peu. Mais les autres critères (collaboration, agilité, concentration) ont peu progressé.

 

Les participants qui ont, en plus des séances en groupe, pratiqué quotidiennement, ont vu leurs performances sur l'ensemble des critères s'améliorer significativement. Et, douze semaines après la fin du programme, les résultats sur leur leadership sont vraiment puissants (Découvrez ici les résultats de l'étude).

 

Le seuil critique, le point de bascule pour ressentir des effets notables est lié au temps et à la régularité de la pratique. Ainsi, il ressort qu'une pratique quotidienne (méditation assise) pendant au moins dix minutes est nécessaires pour cultiver les ressources essentielles aux leaders.

 

 

Dix minutes par jour, pour quels bénéfices ?

 

Méditer dix minutes par jour, cela semble énorme pour des décideurs dont l'agenda est déjà surchargé. L'étude a montré que c'est un vrai challenge pour la plupart. Ce temps est très vulnérable : le premier à passer à la trappe dans des journées déjà en apnée. Et justement, pour sortir de l'apnée, cette respiration est vitale. Les participants à l'étude qui l'ont compris, qui l'ont expérimenté, et qui ont ritualisé ce temps quotidien de pratique en ont ressenti des effets vraiment essentiels à l'évolution de leur leadership.

 

L'étude a souligné le développement de trois capacités fondamentales :

 

  • La capacité de "métacognition" est accrue

La "métacognition" est l'aptitude à observer, avec une certaine distance, ses pensées, sensations et émotions, au moment où elles arrivent. Cela revient à sortir du flot du torrent, se poser sur la berge, et observer les remous du courant. Cette capacité est essentielle, pour sortir du mode "pilote automatique", et choisir ses comportements plutôt de réagir par impulsion.

 

  • La curiosité se développe

Les participants ont largement mentionné une curiosité accrue. La prise de conscience du mode de fonctionnement automatique s'est accompagnée d'une attitude de curiosité vis à vis de leurs propres fonctionnements et expériences. Cette curiosité s'est étendue aux relations avec les autres, et au monde en général.

 

  • L'acceptation se déploie

L'acceptation désigne la capacité à accueillir sans jugement ce qui advient. Elle englobe à la fois une attitude d'ouverture bienveillante face aux événements, qu'ils soient agréables ou déplaisants, et aussi une dimension liée à la compassion. Cette dimension implique une attitude bienveillante vis à vis des autres, et de soi-même. L'acceptation commence ici par soi-même, et invite à lâcher la quête de perfection et l'auto-critique.

 

Sur le terreau de ces trois capacités, les participants ont ressentis des bienfaits notables dans cinq champs :

 

  • La régulation des émotions

Les participants se sont montrés aptes à faire des choix plus conscients, moins dictés par leurs émotions sur un mode automatique. Ils ont su créer davantage d'espace en eux, pour ne plus se laisser emporter par des émotions fortes, mais discerner et décider la plus juste attitude à adopter, juste pour eux et pour les autres.

 

  • La capacité à prendre des décisions justes

Cet espace de liberté créé par la prise de conscience du flot des pensées et des émotions est un espace fertile pour le discernement et la créativité. Les méditants ont une capacité accrue à voir une situation sous des angles différents, à envisager des perspectives nouvelles. Cette créativité, alliée à un plus grand discernement, conduit à des prises de décision plus justes.

 

  • L'empathie

L'empathie est la faculté de comprendre et de partager les sentiments des autres. C'est un pilier de l'intelligence émotionnelle, essentielle pour les leaders. Elle permet de mieux comprendre, de manière plus rapide et plus fine, les collaborateurs. Cette dimension relationnelle permet de cultiver la confiance, dans des rapports plus harmonieux, fertiles et épanouissants.

 

  • L'attention

La pratique de la mindfulness aide à développer une meilleure attention. A l'heure où notre attention devient une denrée rare, tant elle est sollicitée de tous côtés et dispersée par le travail multi-tâches, cette meilleure focalisation est précieuse. En développant une meilleure qualité de présence, les dirigeants sont plus performants : moins d'erreurs, plus de rapidité, plus de discernement entre ce qui est important, et ce qui est urgent. Et si vous sentez votre attention éparpillée, de précieux conseils vous attendent dans un précédent article, ici.

 

  • L'adaptabilité

Après quelques semaines de pratique, les leaders méditants se sentent nettement plus aptes à s'adapter à un environnement complexe et changeant. Certaines rigidités disparaissent, la créativité se déploie, les émotions sont moins prégnantes. Les choix nécessaires pour s'adapter et faire évoluer équipes et organisation se font avec plus de souplesse et de calme.
 

Pour cueillir ces fruits, il est nécessaire d'arroser l'arbre

au moins dix minutes par jour.

 

C'est ce qui ressort de l'étude : dix minutes de méditation assise quotidienne sont nécessaires pour en ressentir les bienfaits. Dix minutes, c'est environ 1% de notre temps d'éveil.

 

Alors, êtes-vous prêt à allouer 1% de votre temps à cultiver vos qualités de "mindful leader" ?

 

 

Découvrez ici l'intégralité de l'étude publiée par Hult Research : "Mindful leader" - Megan Reitz, Michael Chaskalson, Sharon Olivier et Lee Waller (novembre 2016).

 

 

Anne-Valérie Rocourt

Fondatrice de Méditer & Agir

Mieux me connaître ou me contacter

 

 

 

 

Please reload

Articles récents
Please reload

Rejoignez la communauté de femmes inspirées que j'ai créée sur Facebook :

Femmes, vos chemins de traverse au travail

Vous souhaitez recevoir des inspirations, astuces, éclairages ? Je serai ravie de rester en lien avec vous.

Suivez Joyissime sur les réseaux sociaux

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram

©2018 Joyissime - Mentions légales

Je déteste moi aussi recevoir des Spams. Je m'engage à ne pas divulguer vos coordonnées (voir la protection des données).